Ça a mal commencé

J’avais aimé ce poème de Pablo Neruda « Muere lentamente quien…» trouvé sur internet.

Le voyage, l’amour propre, les émotions, le grand poète chilien, tout ça ça collait parfaitement, véritable colonne vertébrale culturelle qui me soutiendrait tout au long de ce voyage. Il fallait bien ça….Parfait, parfait….

Sauf que, comme beaucoup je me suis fait avoir. Ce poème cité partout sur internet comme une grande référence de Néruda, n’est pas du tout de lui et pas du tout chilien…C’est en fait l’œuvre d’une poétesse brésilienne, Martha Medeiros. Bon c’est raté pour l’alibi intellectuel. Va falloir trouver autre chose….
Des images peut-être ?

Muere lentamente quien no viaja,
quien no lee,
quien no oye música,
quien no encuentra gracia en sí mismo.
Muere lentamente
quien destruye su amor própio,
quien no se deja ayudar.
Muere lentamente
quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su  vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
Muere lentamente
quien evita una pasión y su remolino de emociones,
justamente éstas que regresan el brillo a los ojos
y  restauran los corazones destrozados.
Muere lentamente
quien no gira el volante cuando está infeliz con
su trabajo, o su amor,
quien no arriesga lo cierto ni lo incierto para ir
atrás de un sueño
quien no se permite, ni siquiera una vez en su vida,
huir de los consejos sensatos…
 
Vive hoy !
Arriesga hoy !
Hazlo hoy !
 
No te dejes morir lentamente !
No te impidas ser feliz

Articles récents

  1. Au hasard des ports Laisser une réponse
  2. Aux hasards de l’océan Laisser une réponse
  3. Calme et tranquille Laisser une réponse
  4. Encore un peu Laisser une réponse
  5. Au hasard des rues b) Laisser une réponse
  6. Textos Laisser une réponse
  7. Au hasard des ports Laisser une réponse
  8. Sol-sol Laisser une réponse
  9. Pelicanos Laisser une réponse